Le contexte économique au Cambodge

De nos jours, l’économie cambodgienne est en partie due aux activités de construction, à l’immobilier, au tourisme, à l’agriculture et à la confection de matériels, secteur clé pour l’exportation. Depuis la politique d’ouverture des autorités, le Cambodge connaît une progression rapide de son PIB proche de 7,5%. Cette croissante permet au pays de rentrer dans le cercle des pays à revenu intermédiaire de la Banque Mondiale en 2016.

Le développement du Cambodge a également bénéficié d’importants flux d’aides internationales et d’investissements étrangers. En effet, les rendements en agriculture (soumis au climat) sont insuffisants et requièrent des aides extérieures, ainsi que pour les ressources militaires. Cependant, l’industrie représente une part non-négligeable pour le Cambodge, soit 31% du PIB (26,57 milliards d’USD en 2018) : les textiles, le tourisme, la pêche, le bois, la meulerie du riz… Si nous nous penchons sur la filière textile, celle-ci représente plus de 70% des exportations du pays. L’amélioration majeure de la protection sociale des salariés a malheureusement un coût et fait craindre au pays une dégradation de la compétitivité/prix du pays. En ce qui concerne l’avenir, une découverte de réserve d’hydrocarbure pourrait apporter une aide financière considérable.

Nous remarquons tout de même un point négatif important, qui est l’inégalité notamment géographique, avec la concentration des activités dans les centres urbains. Celle-ci empêche au Cambodge de progresser, qui reste donc l’un des trois pays les moins avancés d’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est : organisation politique, économique et culturelle regroupant 10 pays d’Asie du Sud-Est).

En ce qui concerne le chômage, le taux officiel est de 0,2%. Pour autant, ce chiffre masque fortement les conditions proches du chômage que subissent de nombreux travailleurs cambodgiens : beaucoup d’emplois sont dits « vulnérables », les Cambodgiens cumulent alors des emplois à mi-temps. A ceci se rajoute également le manque de main d’œuvre qualifiée qui accentue le chômage et le niveau insuffisant d’infrastructure au Cambodge (le taux d’alphabétisation des plus de 15 ans est 73,6 % en 2010).

En terme d’économie immobilière, la croissance des crédits est rapide, mais le secteur bancaire reste fragile à cause de la concentration des risques dans l’immobilier. Dans le même temps, l’économie est très « dollarisée » avec des dépôts presque exclusivement en devises, laissant peu de place au rial, la monnaie locale dont la parité est très contrôlée.

Nous avons donc devant nous un pays riche de ressources, dont la principale économie se base sur l’industrie et le tourisme. Par ailleurs, il appelle encore à l’aide internationale et reste vulnérable face au changement climatique qui a des conséquences directes sur les rendements en agriculture. Enfin, malgré un taux de chômage bas, les conditions de travail restent précaires, ayant pour conséquence une population souffrant de la pauvreté…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s